Ethique et politique.

8 avril, 20134:26 @

1


Ethique et politique.

L’affaire CAHUZAC, affaire catastrophique pour certains, salutaire pour d’autres …

Peut-elle faire bouger les lignes dans la recherche d’une moralisation de la vie publique ?

La justice est indépendante (c’est le principe de base de la démocratie), peut-on donc enfin considérer que les hommes politiques lourdement sanctionnés et parfois condamnés à une peine d’inéligibilité ne soient plus soutenus par les partis politiques ?

Un parti politique digne de ce nom peut-il donner une investiture sans la moindre considération des condamnations passées ? Peut-il se moquer du respect de l’Honneur de la représentation de notre Pays, de notre démocratie ?

Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui la réponse est oui.

L’affaire Cahuzac est nouvelle car après avoir nié pendant des mois, devant les médias, la représentation nationale et les Français,  Jérôme Cahuzac a finalement avoué …

Cette affaire met à jour une dérive politique Française de gauche comme de droite. Les Français n’avaient déjà plus confiance en leurs dirigeants depuis longtemps, selon les derniers sondages, mais aujourd’hui, c’est un fait confirmé et relayé par la presse internationale …

L’affaire qui secoue la classe politique Française de gauche comme de droite est donc d’autant plus grave pour la République. Comment croire des hommes qui aujourd’hui nous ‘’confirment’’ toujours  ‘’droit dans les yeux’’ qu’ils ne savaient pas !

Nombreux sont ceux qui ont été par le passé condamnés, et pourtant, qui sont toujours présents en portant l’écharpe tricolore pour représenter le peuple !

Il suffit de lire les réactions des pays voisins qui ne sont pas surpris. Pas surpris…, cela est dur à entendre pour l’honneur de notre démocratie.

Chez nos voisins d’Allemagne, les mensonges de Jérôme Cahuzac ont provoqué un «mini séisme politique en France». Ils ont «fragilisé la crédibilité d’un gouvernement qui voulait donner l’exemple en se montrant moralement exemplaire». C’est la «débâcle de la crédibilité», constate un quotidien d’outre-Rhin.

La rédactrice en chef du quotidien Suisse Le Matin indique que «Jérôme Cahuzac mérite d’être lourdement sanctionné pour ses mensonges, mais bien plus encore pour le discrédit qu’il fait peser sur la classe politique».

La presse étrangère parle ainsi d’une ‘’classe dirigeante aussi «pourrie» que prête à tout «pour conserver ses petits privilèges au détriment de la raison d’Etat’’.

Beau résultat pour ce gouvernement de gauche qui souhaitait donner des leçons de morale.

Cette débâcle de la crédibilité devient celle de toute la classe politique Française.  Finalement les affaires se succèdent et ne font que s’additionner.

Les scandales et les condamnations à gauche comme à droite ne doivent plus être enterrés et oubliés grâce à la complicité tacite des hommes politiques de tout bord qui s’auto protègent.

Il faut aujourd’hui que les citoyens sanctionnent les hommes mais aussi les partis qui ne respectent pas une volonté de clarification de leur attitude envers leurs représentants.

Les partis politiques doivent à partir d’aujourd’hui effectuer un effort de moralisation en tranchant dans le vif. En auront-ils les capacités  et le courage ?

La loi doit-elle, comme l’annonce le président, interdire à vie  les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale, corruption … ?

Sans doute oui, les hommes ayant besoin visiblement d’un cadre les ‘’aidant’’ à garder cette probité nécessaire.

Nombreux sont les responsables et personnalités à l’UMP92 ou l’UMP nationale que j’ai pu rencontrer qui partagent ce sentiment désolant que nous perdons des territoires, bien trop souvent, suite à l’usage de certaines méthodes …

Cette volonté de changement est donc partagée et s’élargit dans la classe politique, malgré l’opposition de ceux qui ont beaucoup à perdre.

Quoi qu’il en soit les citoyens doivent se saisir de cette affaire et ne pas la lâcher !

Il est temps pour les partis politiques de garantir la probité  et de sortir du jeu du copinage, notamment dans les investitures.

Aujourd’hui la politique française ne pourra trouver son salut que dans une éthique irréprochable, laquelle consiste déjà à disqualifier les hommes politiques condamnés par la justice.

Les citoyens engagés devront se mobiliser et ne plus hésiter à sanctionner les candidats et les partis qui n’auront pas compris.

Il est du devoir de chaque citoyen d’agir contre un système devenu inacceptable.